« Retour

Auto-évaluer la qualité de ses tests

Dans notre article précédent, nous donnions des pistes pour organiser le contrôle des tests par des instances extérieures à l’équipe de test. En effet, il n’est pas rare d’avoir à rendre des comptes sur les activités de test, et cela peut même être une bonne opportunité pour roder un peu mieux ses pratiques.

A force de discussions, de réflexions, de compromis et d’idées merveilleuses, nous avons désormais un cadre de travail qui nous permet de communiquer sur les tests et d’indiquer la valeur ajoutée des différents livrables de l’équipe de test. Cependant, ce sont des indicateurs globaux, et qui témoignent a posteriori de la qualité du travail produit. Maintenant, comment « tester les tests » au plus tôt, de façon à ce que ces indicateurs soient toujours votre plus grande fierté ?

On quitte maintenant la sphère de la communication inter-équipes, pour rentrer dans le (très) vif du sujet, à savoir dans la passionnante popotte interne de l’équipe de test.

Chercher les failles des tests plutôt que valider leur qualité

Comme l’indique Gerald M. Weinberg dans Perfect Software, and other illusions about testing (2008), la qualité d’un test ne peut pas être démontrée. Un référentiel de tests excellent aura d’ailleurs, selon son exemple, le même résultat qu’un référentiel de tests « sale » après une campagne passée sur un applicatif totalement dénué de bugs. Scénario purement théorique bien sûr...

En réalité, de même que les tests révèlent la présence de défauts d’une application (premier principe du test logiciel), la revue d’un test ne peut pas révéler sa qualité.

Ce n’est que l’analyse a posteriori qui pourrait permettre de déduire le niveau de qualité des tests, notamment en tenant compte des bugs qui n’ont pas été détectés par les tests. Et encore, cette analyse ne serait jamais complète, car nous ne pouvons jamais savoir combien de bugs existent sans avoir été détectés.

Gerald M. Weinberg préconise, plutôt que simplement attendre de pouvoir faire cette analyse a posteriori, de :

  • revoir sa couverture et ses oracles en anticipant les erreurs
  • créer de la variabilité dans les tests existants
  • comparer en parallèle différentes façons de tester

Un poil diabolique, il raconte également, en tant que développeur, avoir gardé secret un bug pour voir à quel moment il serait détecté par l’équipe de test. A méditer !

En bref, il n’est pas possible de savoir si des tests sont bons, mais certains signes peuvent indiquer qu’ils ne le sont pas.

Une interrogation intériorisée par l’équipe...

Qui forme le formateur de formateurs de formateurs ? Qui relit le relecteur ? Qui coache le coach ?...

En tant qu’animateurs de la qualité, il appartient aux testeurs de toujours rester vigilants sur la qualité de leurs propres tests. Cela peut passer par des actions à mettre en œuvre dans son équipe :

  • Validation croisée des cas de test
  • Revue des scripts de tests automatisés, mise en place de bonnes pratiques de développement
  • Amélioration des cas de test pendant l’exécution des campagnes
  • Sessions de tests exploratoires
  • Révision des tests en regard des anomalies trouvées en-dehors des scénarios de test écrits
  • Maintenance et restructuration du patrimoine de tests

Tout cela vous semble évident ? Mais le faites-vous vraiment, ou seulement quand « il y a le temps » ? Ces activités sont-elles connues et reconnues par les autres parties prenantes ?

Ces validations internes peuvent donner lieu à des checklists permettant de valider tel ou tel livrable de test. Pourquoi ne pas imaginer également des Definition of Done spécifiques ?

Exemple de Definition of Done d’un ensemble de tests portant sur une exigence :

  • Les tests comptent à la fois des « Happy paths », des « Sad paths » et des « Ugly paths » (cas passants, cas non passants et cas « tordus »)
  • Les tests sont liés clairement à l’exigence dans un souci de traçabilité
  • Les métadonnées des tests sont correctement renseignées
  • Les jeux de données indiqués dans les tests sont facilement trouvables / facilement maintenables
  • Le vocabulaire utilisé est conforme au lexique approuvé par l’ensemble des acteurs du projet (comment ça, votre équipe n’a pas encore de lexique ? :D)
  • Les tests ont été révisés par un autre testeur
  • N’importe quel autre critère qui vous semblera à la fois pertinent et simple à vérifier.

Etudier également chaque cas de découverte de bug en production pourrait aussi permettre à l’équipe de test d’identifier ses lacunes et de les corriger. Cette démarche gagnerait à être explicite, et non expédiée honteusement comme un enfant qui cache sous un meuble les fragments de l’assiette qu’il vient de faire tomber...

... et par chaque testeur individuellement

Certes, les équipes de testeurs ne sont pas toujours suffisamment fournies pour organiser des activités internes de révision et de validation croisée des tests. Dans bien des cas, c’est au testeur que revient la tâche de « tester » ses propres tests. Dans cette mesure, la question « Comment teste-t-on les tests ? » devrait être intériorisée par le testeur lui-même, de façon à animer ses activités.

En somme, « Comment teste-t-on les tests ? » pourrait bien être une question à poser à un testeur lors d’un entretien d’embauche. Un mélange de savoir-faire (techniques adaptées de revue des tests) et de savoir-être (esprit critique, crainte du bug en prod, etc.) pouvant être attendus.

Dans notre prochain article, nous nous pencherons sur ce qui constitue peut-être le point le plus épineux de cette série (et il y en a eu !), à savoir les KPI.

A très vite !

Un avis ? Un commentaire ?

Cet espace est pour vous.