27 août 2021 Audit Méthodologie

3 questions essentielles pour bien démarrer en automatisation des tests

L’automatisation des tests est une piste que vous voulez investir. Vous souhaitez, par cette démarche, maîtriser les coûts associés à la qualité, bénéficier d’une meilleure couverture des tests, ou encore mettre en œuvre des recettes plus courtes et efficaces. Très bien, mais par où commencer ? Qui affecter à ce chantier ? Quels tests faut-il automatiser ? Quels KPI suivre ? Quel outil choisir ?

Une fois qu’on a répondu « oui » à la question « faut-il automatiser les tests ? » c’est effectivement une autre ribambelle de questions qui se présentent, comme si on avait ouvert une boîte de Pandore. Pire encore : en répondant mal à ces problématiques, l’automatisation des tests pourrait se solder par un échec.

Dans l’article précédent, nous donnions 10 bonnes raisons d’automatiser les tests. Aujourd’hui, nous vous offrons des clés pour mettre en œuvre concrètement un tel chantier. Accrochez-vous, car les pièges sont nombreux, mais le jeu en vaut la chandelle !

1) Quels challenges et difficultés pose l’automatisation des tests ?

Des challenges autant techniques qu’organisationnels, et la bonne nouvelle c’est qu’il est possible d’en anticiper certains avec un minimum d’effort.

Il est important, avant de se lancer, d’avoir en tête les principales difficultés associées à l’automatisation des tests. Commençons donc par cela, en nous basant sur l’édition 2020-2021 du World Quality Report.

Selon cette source, la problématique la plus fréquente (52 %) est le manque de personnel suffisamment qualifié pour mener à bien l’automatisation des tests. C’est la question du « QUI ».

La deuxième difficulté la plus fréquente (42 %), est liée aux lacunes au niveau des environnements de test et des jeux de données. Un exemple à la fois simple et très fréquent ? L’environnement dédié aux tests automatisés est parfois aussi utilisé par des testeurs humains, qui modifient ou suppriment des ressources dont les tests automatisés ont besoin. Ces actions peuvent provoquer des faux positifs et donner du fil à retordre au moment où on analyse les résultats des tests automatisés. Cette difficulté pointe du doigt une réalité : l’automatisation des tests est un enjeu d’équipe ; si des environnements spécifiques et des données séparées sont requises, il est important d’impliquer l’ensemble des parties prenantes concernées (administrateurs systèmes, métiers…) Automatiser « dans son coin » n’est pas envisageable.

Problème suivant ? 41 % des entreprises rencontrent des difficultés à définir une bonne stratégie d’automatisation. C’est la question du « QUOI ».

D’autres challenges sont également évoqués ; le classique « on n’a pas assez de temps ! » est invoqué par 37 % des entreprises (cela prend en effet du temps de s’arrêter au bord de la route pour remplacer ses roues carrées par des rondes !), juste avant « on n’a pas les bons outils » (32 %).

Au sein de cet article, nous aborderons spécifiquement les questions du QUI et du QUOI, qui constituent la base d’une bonne stratégie d’automatisation des tests.

2) Qui est responsable de l’automatisation des tests ?

Bien plus de personnes qu’on pourrait l’imaginer de prime abord !

Nous disions plus haut que 52 % des entreprises déclarent manquer de personnel qualifié pour l’automatisation des tests. Les « testeurs automaticiens » sont en effet comme des trèfles à quatre feuilles : ils existent (contrairement aux moutons à 5 pattes…), mais il y en a peu. Restent donc, classiquement, 3 possibilités.

  • Faire monter en compétences les testeurs en automatisation des tests
    • CONTRE :
      Le développement n’est pas la tasse de thé de tous les testeurs ; une telle montée en compétences nécessite des efforts importants et une bonne dose de motivation
    • POUR :
      L’automatisation des tests produit des informations dont les testeurs seront en général les premiers bénéficiaires, et ce sont les mieux placés pour savoir ce qui doit être automatisé
  • Déléguer l’automatisation aux développeurs
    • CONTRE :
      L’automatisation des tests est une activité de test, les développeurs peuvent avoir du mal à adopter l’état d’esprit critique qui rend les tests efficaces
    • POUR :
      L’automatisation des tests est une activité de développement, les développeurs sont naturellement en mesure de s’y adonner
  • Externaliser la mise en place de l’automatisation des tests
    • CONTRE :
      Cette démarche peut être moins féconde si vous la décorrélez totalement des autres activités de test ; même « externes », les automaticiens auront besoin de s’immerger dans la vie du projet
    • POUR :
      Les prestataires aguerris connaissent les principaux écueils et les évitent plus facilement ; leur œil extérieur leur permet de questionner la démarche et de proposer une solution sur mesure.

Mais il ne suffit pas de répondre à cette question pour se tirer d’affaire ; c’est un arbre qui cache une forêt. Un autre tiroir de questions doit être ouvert !

En effet, l’automatisation des tests recouvre une multitudes d’activités, et l’implémentation des tests automatisés n’est qu’une d’entre elles.

Nous préconisons de réaliser une matrice des responsabilités (ou matrice RACI) afin d’établir, en amont du projet, qui interviendra sur quoi, et de répondre aux questions suivantes :

  • Qui choisira les tests qu’il faudra automatiser ?
  • Qui implémentera les tests automatisés ?
  • Qui lancera les tests automatisés ?
  • Qui analysera les résultats et rapportera les anomalies ?
  • Qui consommera les reportings des tests automatisés ?
  • Qui maintiendra les tests automatisés ?
  • Qui assurera la disponibilité des environnements dédiés aux tests automatisés ?
  • Qui produira les jeux de données nécessaires ?
  • (Et enfin, la question qui tue !) Qui sera responsable de la réussite de la démarche d’automatisation des tests ?

Il est important de répondre à ces questions, car elles permettent également de se rendre compte qu’il y a souvent plus de personnes qu’on l’imagine qui sont impliquées dans la démarche.

3) Quels tests faut-il automatiser ?

Pour trouver la meilleure liste de tests à automatiser, il faudra encore une fois se poser les bonnes questions.

Cette partie est dédiée aux 41 % qui peinent à établir une stratégie d’automatisation efficace !

Comme de bons tests prennent leur source dans de bonnes questions, voici celles que nous préconisons pour aider à définir le périmètre des tests automatisés :

Quels tests sont les plus critiques ?

Cette question est la plus évidente. Les tests révélateurs de la santé de l’application sont souvent les premiers que l’on souhaite automatiser. On les appelle les « smoke tests », par analogie à des tests que l’on ferait sur une machine industrielle par exemple : si vous appuyez sur le bouton de marche et que de la fumée sort de la machine, vous aurez détecté un bug bloquant en quelques secondes.

Quels sont les modules ou fonctionnalités qui, historiquement, sont les plus buggées ?

Cette question vaut surtout quand le projet d’automatisation est initié tardivement. Les « nids à bugs » ont besoin d’être sécurisés.

Quand le projet d’automatisation est lancé en même temps que le projet de développement (une bonne pratique permettant de maximiser le ROI des tests automatisés), vous pouvez vous baser sur votre expérience de projets similaires, puis étudier a fil de l’eau les modules où les bugs se concentrent.

Quels sont les tests les plus répétitititititi…tifs ?

Vous avez peut-être en tête ce formulaire qui compte 36 champs, ces champs pouvant être remplis de diverses manières, et chacune de ces manières devant être testée. L’œil est vigilant au premier remplissage, il persiste au deuxième, tient encore bon au troisième, puis il se perd, on ne sait plus ce qu’on a déjà rempli, on se trompe, on s’ennuie, et on a vraiment envie de passer à autre chose. Dommage, c’est à ce moment-là qu’on aurait pu détecter un joli bug.

Ces problèmes sont étrangers aux scripts de tests automatisés, c’est pourquoi les tests très répétitifs sont souvent de bons candidats à l’automatisation.

Quels sont les tests les plus rejouables ?

Certains tests ne peuvent être joués qu’une fois par an, qu’une fois par trimestre, ou encore une fois par jour. Il y a le fameux « batch de 4 heures du matin », la « moulinette du dimanche soir » et le « programme du 31 décembre ». Est-il vraiment intéressant d’automatiser les tests associés ? Pas sûr. Autant que possible, il est intéressant d’automatiser les tests facilement rejouables.

Quels sont les tests les plus difficiles à comprendre ?

Dans l’article précédent, nous parlions du fait que les tests automatisés constituent une documentation vivante du fonctionnement de l’applicatif. C’est un avantage quand ce fonctionnement est complexe. Un test difficile à comprendre sera peut-être mal effectué par un humain néophyte ; en l’automatisant, on se prémunit contre ce risque, et on donne en même temps plus de visibilité sur le fonctionnement précis du système à tester. Coup double !

Quels sont les tests qui seraient les plus faciles à implémenter ?

Il est souvent mal vu de commencer par le plus facile, de « choisir la facilité ». Ce n’est effectivement pas le premier critère à prendre en compte, mais la facilité d’implémentation est tout de même un élément important à avoir en tête. On veut des quick wins, pas des challenges insurmontables qui pourraient décourager l’équipe !

Synthèse des 6 questions

Comment utiliser efficacement ces 6 questions ? Afin de définir le périmètre à automatisés, il est nécessaire de :

  • Pondérer l’importance de chacune des questions
  • Répondre, pour chaque test ou suite de tests, à ces questions (sur une échelle de 1 à 5 par exemple)

En faisant une moyenne de ces scores, pondérée par l’importance des questions, on est alors en mesure de construire un périmètre à automatiser de manière solide et argumentée.

Chez Hightest, nous nous servons d’un modèle de tableur afin d’effectuer ce travail ; nous le partageons avec plaisir sur simple demande.

Tant d’autres questions…

Au sein de cet article, nous nous sommes concentrés sur QUI intervient dans la démarche d’automatisation des tests, et QUOI automatiser.

Nous pensons sincèrement que ces deux questions sont trop peu souvent posées, et que cela constitue une source importante d’échecs dans les projets d’automatisation des tests.

D’autres questions viendront ensuite, mais attention à ne pas mettre la charrue avant les bœufs ! En voici quelques-unes :

  • Quels KPI mettre en œuvre pour mesurer l’efficacité de la démarche d’automatisation des tests ?
  • Quelles mesures qualitatives surveiller en complément ?
  • Et le grand classique, la question qui a tendance à être posée en premier et à détrôner toutes les autres… Quel outil choisir ?

« Quel outil choisir »… Il faudrait un article dédié (voire, plutôt, une série d’articles) pour répondre à cette question ! En attendant, voici quelques articles de notre blog qui vous donneront des éléments.

Nous espérons que cet article vous aura apporté des éléments utiles à votre démarche. A bientôt pour de nouveaux articles sur ce sujet passionnant qu’est l’automatisation des tests !

Un avis ? Un commentaire ?

Cet espace est pour vous.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *