17 mars 2021 Gestion des tests Outils

pCloudy en 9 questions-réponses

Qu’est-ce que pCloudy ?

pCloudy est une plateforme qui donne accès des machines (physiques ou virtuelles) situées en Inde ou aux Etats-Unis, et avec lesquelles il est possible d’interagir. Un grand nombre de smartphones et de tablettes sont proposées, de multiples constructeurs différents et avec une large gamme de versions d’Android et d’iOS. Des navigateurs sont également disponibles.

Ce type de service est parfois désigné sous l’expression de ferme de devices.

A quoi sert ça sert ?

La plateforme pCloudy permet de récolter de précieuses informations sur la portabilité des applicatifs. Parfois négligés, les tests de portabilité sont pourtant essentiels ; ils permettent de comprendre comment les utilisateurs finaux verront l’interface. Pourront-ils interagir correctement avec cette interface, quel que soit leur navigateur, leur système d’exploitation et la version de ce dernier ? Les éléments d’affichage seront-ils harmonieusement répartis, quelle que soit la taille de leur écran ? Est-on vraiment responsive ? Au même titre que les autres tests non-fonctionnels, cet aspect passe malheureusement souvent au second plan, faute de temps, de moyens et souvent, de sensibilisation.

On a déjà des téléphones de test, est-ce utile de tester aussi sur pCloudy ?

Ha, les fameux téléphones de test… Les développeurs et les testeurs se chamaillent pour les avoir, on ne sait jamais qui a emprunté le Google Pixel 2, on cherche partout ce fichu câble (« non pas celui-là, l’USB C tu sais ») et on doit gentiment attendre son tour pendant que Boniface monopolise l’unique iPhone de l’équipe (« Attends encore deux minutes s’il te plaît. Enfin, deux autres minutes… »).

Autre problème : la couverture. Vous avez 10 téléphones de test ? Bravo, c’est davantage que beaucoup d’équipes projet. Mais combien de téléphones différents ont vos utilisateurs ? C’est un autre ordre de grandeur. Effectuer des sanity checks sur un grand nombre de machines vous donnera une confiance bien plus solide dans la qualité de votre applicatif.

Enfin, dernier problème : la reproductibilité. Un utilisateur de prod se plaint de ne pas pouvoir réaliser telle ou telle action, vous avez besoin de reproduire « son » bug pour comprendre de quoi il en retourne. Sur un de nos derniers projets, il y avait un bug majeur que l’on pouvait reproduire sur OnePlus 7, mais pas sur OnePlus 6, avec la même version d’Android ! Il est donc bien pratique d’avoir un pool important de machines pour maximiser ses chances de reproduire des bugs marginaux.

En conclusion : qui peut le plus peut le moins ; pas besoin de jeter au compost vos téléphones de test, en revanche pCloudy pourrait vous apporter un coup de boost considérable.

Comment ça marche ?

Voici un petit aperçu de l’usage le plus basique que l’on peut avoir de pCloudy : le test « manuel » d’applications mobiles.

Premièrement, dans l’onglet « My app / data », téléverser un fichier APK ou IPA.

Puis, dans l’onglet « Devices », choisir un téléphone ou une tablette.

Après quelque secondes, on se retrouve face à l’écran du téléphone et on peut librement interagir avec.

Libre à nous alors d’installer une application, de changer les paramètres du téléphone, de retourner l’écran… et de réaliser tous les tests souhaités !

Combien de machines sont mises à disposition ?

Sur la liste des devices, en février 2021, s’affichaient 267 devices physiques. Selon nos calculs, cela représente bien 40 kilos de smartphones et tablettes ; qui dit mieux ?

Est-il possible d’utiliser pCloudy dans une démarche d’automatisation des tests mobiles ?

Oui. pCloudy s’interface avec plusieurs solution d’automatisation des tests mobiles : Appium, Espresso, Opkey, Calabash et XCTest.

Combien ça coûte ?

Une quinzaine de devices peuvent être librement utilisés sans abonnement payant. Pour pouvoir accéder à l’ensemble des devices proposés, un abonnement doit être acheté, au mois ou à l’année (voir le détail des prix).

Le support est-il réactif ?

Oui : un chat est proposé au sein du site et le support pCloudy répond dans la minute. C’est en tous cas ce que nous avons pu constater dans notre timezone particulière ; une confirmation métropolitaine serait la bienvenue !

Une astuce à donner ?

Oui ! Lorsque vous tentez d’installer une application iOs (donc contenue dans un fichier IPA), il peut arriver que vous tombiez sur l’erreur « A valid provisionning profile for this executable was not found. » A ce moment-là, pour régler le problème, se rendre dans l’onglet « My app / data » et cliquer sur l’option « Re-sign » associée au fichier IPA.

La documentation pCloudy donne davantage d’informations sur ce comportement.

Si vous souhaitez découvrir un autre service de tests de portabilité, vous pouvez aussi vous pencher sur BrowserStack.

Et vous, utilisez-vous une ferme de devices ? Qu’est-ce que cela vous apporte ? La section des commentaires est à vous. A bientôt !

Un avis ? Un commentaire ?

Cet espace est pour vous.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *