« Retour

Crowdtesting : qu’est-ce que ça apporte vraiment ? Côté éditeur

Ce qu’apporte le crowdtesting ? En tout premier lieu, un entraînement d’élocution, car c’est un des mots les plus rugueux que vous aurez à prononcer dans votre vie (mais pour votre bonheur, vous trouverez dans cet article des propositions alternatives plus francofluides).

Aujourd’hui, pour répondre à cette question, nous nous plaçons du côté des éditeurs. Cela regroupe à la fois, certes, les sociétés éditant des logiciels, mais aussi les organisations ayant fait développer un site ou une appli, en interne ou par un prestataire.

Vous avez déjà testé votre produit en interne et tous vos cas passants… passent. Et là, vous envoyez ces mêmes scénarios à une plateforme de crowdtesting (comme Testeum !), et vous découvrez que la validescouade ouvre des bugs sur ce qui fonctionnait à merveille. Quelle est cette sorcellerie ? Pourquoi les crowdtesteurs découvrent-ils des bugs que vous n’aviez pas vus ?

Les crowdtesteurs vous fournissent des paires d’yeux neufs

A force de voir votre produit à longueur de journée et à longueur d’année, votre regard s’est émoussé. Un élément du site vous semblait ambigu, étrange ou disgrâcieux au premier regard, puis vous avez pris l’habitude de le voir. Vous avez perdu la volonté de demander un changement. Le phénomène qui est à l’œuvre ici est le biais de simple exposition : il suffit de se trouver en présence d’une chose pendant assez longtemps pour que cette chose nous semble appréciable.

Les crowdtesteurs sont libres de ce biais, ils n’ont jamais vu votre produit et ne se gêneront pas pour vous dire tout ce qui les tracasse. Leur avis pourrait même avoir plus d’impact. Nul n’est prophète en son pays, et bien souvent, ça vaut aussi pour les remarques d’UX...

Les crowdtesteurs ont la motivation que vous n’avez plus

Même si des tests automatisés ont été rédigés pour votre applicatif, il y a certainement des tests de régression que vous continuez de jouer à la main, version après version, sprint après sprint si vous travaillez en Scrum. Et ces scénarios-là, vous en avez assez de les ruminer encore et encore.

Les crowdtesteurs ont la fougue de la découverte, la même que vous aviez la première fois que vous avez posé les yeux sur le produit. Le scénario qui désormais vous semble insipide et sans surprise, ils le joueront avec une attention que vous ne pouvez plus fournir aussi spontanément.

Les crowdtesteurs vous prêtent leur matériel (mais il s’appelle revient)

C’est une des promesses majeures du crowdtesting : déclencher des tests tout-terrain. On pourrait parler d’immensitest, ou de diversitest. Vous pourriez tomber sur :

  • Andrea, 18 ans, alternant, qui testera sur son vieux PC et une version obsolète de Chrome avec la connexion ADSL de sa résidence étudiante en Angleterre.
  • Betty, 68 ans, retraitée, qui testera sur sa tablette Samsung de seconde main dans le TGV avec la 3G.
  • Chafia, 34 ans, graphiste, qui testera sur son iPhone flambant neuf avec la Wifi d’un café en Australie.

Vous allez découvrir avec surprise que votre menu sandwich se comporte bizarrement sur certains devices, ou que votre panier se charge décidément trop lentement. Et tant d’autres choses encore…

Les crowdtesteurs ont chacun leur corps

Ça vous semble incongru de le rappeler ? Quand on imagine des tests IHM, on pense énormément au « I », mais pas assez au « H ». Or, dans notre exemple précédent :

  • Andrea est daltonien, et les graphiques bariolés que vous affichez si fièrement sur votre site vont souverainement l’agacer. Ne vous inquiétez pas, il vous expliquera tout dans son rapport de bug.
  • Betty aime bien en rire en disant qu’elle a « des gros doigts ». Pourtant, elle ne manquera pas de vous expliquer quels sont les éléments qu’elle a du mal à cliquer sur votre interface.
  • Chafia est entourée par les clients du café qui parlent et chahutent sans discontinuer. Elle vous signifiera que vos contenus vidéos sont impossibles à consulter dans ces moments-là… à moins que vous n’y ajoutiez des sous-titres.

Votre utilisateur idéal est une personne à l’aise avec l’informatique, valide, 100 % en forme, qui a du super matos, une super connexion, un navigateur à jour, du temps devant lui, un environnement calme et un tempérament patient et bon public. Vous ne risquez pas de le rencontrer de sitôt. En attendant, faites plutôt appel à des « gens de la vraie vie », qui massifouineront votre produit avec les moyens du bord.

Les crowdtesteurs sont aussi fous que vous

Plus on est de fous… plus il y a de folies. Dans votre équipe, certaines personnes remarquent immédiatement quels éléments d’une page web ne sont pas bien alignés. D’autres ne jurent que par l’orthographe et traqueront la moindre espace insécable. C’est grâce à cette diversité de lubies que votre qualité se consolide au fil du temps.

Les crowdtesteurs ont aussi leurs propres lubies. Un background SEO, et vous voilà avec des suggestions d’amélioration de vos titres. Un penchant pour l’édition, et vous récoltez des remarques sur les polices et les espacements de lignes.

Le crowdtesting, c’est comme une boîte de chocolats, il y a des saveurs de bugs à découvrir que vous n’auriez jamais imaginées.

Récapitulons : les crowdtesteurs vous offrent des paires d’yeux neufs, la motivation du commencement, des environnements et des profils utilisateurs inédits, et enfin des angles d’attaque que vous n’auriez pas anticipés. Voilà les principales raisons pour lesquelles les bugs issus du crowdtesting sont différents de ceux que vous trouvez déjà avec brio en interne. Si vous en avez constaté d'autres, dites-nous lesquelles en commentaire !

Un avis ? Un commentaire ?

Cet espace est pour vous.