Traqueurs de bugs ou explorateurs de la qualité ?

Au cours de la présente série, nous nous attelons à étudier ce qui motive les individus à exercer le métier du test, en nous servant du framework Octalysis inventé par Yu-Kai Chou, grande référence dans le monde de la gamification.

La semaine dernière, nous évoquions les 2 leviers motivationnels positionnés pile sur l’axe horizontal de l’Octalysis : la possession (levier 4), liée à la motivation extrinsèque, et l’influence sociale (levier 5), tournée vers la motivation intrinsèque.

Dans ce dernier article de la série, nous étudierons aujourd’hui deux autres leviers opposés par rapport à l’axe vertical : la rareté et l’impatience (levier 6) et la curiosité et l’imprévisibilité (levier 7).

Note préalable : pour bien comprendre cet article, nous vous conseillons de lire d’abord les 4 premiers articles de cette série !

Pour rappel, voici une représentation de l’Octalysis :

Tout ce qui est rare… semble précieux

Le levier 6, celui de la rareté et de l’impatience, est celui qui nous pousse à profiter de tout ce qui est à la fois agréable et limité en quantité, en temps ou en disponibilité.

Certains jeux exploitent à fond ce levier ; Yu-Kai Chou prend pour exemple Candy Crush, qui « torture » le joueur en lui imposant de longs délais d’attente jusqu’à ce qu’il puisse lancer sa prochaine partie. Sans cette astucieuse limitation de temps de jeu, il est possible que le joueur finisse par se lasser des mécanismes passablement répétitifs de ce best-seller (« Candy Crush… ça me casse les bonbons ! »).

On comprend bien pourquoi ce levier est dans la partie basse de l’Octalysis, à savoir la partie « Black hat » qui met le joueur (ou l’utilisateur) dans une position de passivité. Ici, le joueur ne joue pas selon ses propres règles, et en particulier il ne peut pas agir en fonction de sa propre temporalité. Pour autant, tout ce qui est « Black hat » n’est pas à proscrire ; il est possible de se sentir tout à fait épanoui au sein d’une expérience qui comprend le juste dosage de ce levier.

Retrouve-t-on ce levier dans le métier du test ? Assurément.

  • Nous passons nos nerfs sur les applicatifs qui ne présentent pas de bug au premier abord (« Il doit y en avoir, c’est sûr ! ») ; nous jubilons lorsque nous trouvons enfin quelque chose qui ne fonctionne pas
  • Nous ressentons de l’impatience vis-à-vis de la livraison de nouvelles fonctionnalités intéressantes que nous avons hâte de tester ; nous ressentons de la joie et de l’excitation lorsqu’elles sont enfin disponibles
  • Quand nous sommes pris par des sujets urgents, nous nous languissons de nos projets de fond laissés en souffrance (veille, auto-formation, découverte de nouvelles techniques et outils, exploration d’autres domaines connexes…) ; c’est avec d’autant plus de plaisir que nous les retrouvons une fois la phase de rush passée
  • Nous attendons en trépignant la sortie de la dernière version de nos outils de test préférés et nous jetons dessus lorsqu’elle sort enfin.

Le levier 7 au cœur du métier du test ?

Le levier 7 est celui de la curiosité et de l’imprévisibilité. Il regroupe aussi bien les jeux de hasard que le plaisir de lire un roman, ou encore d’ouvrir ses cadeaux de Noël.

Le métier du test est un métier plein de surprises. Sur de nombreux postes, les journées se suivent et ne se ressemblent pas : entre revue des spécifications, conception et maintenance du patrimoine de test, découverte d’anomalies exotiques et défis d’automatisation, les rebondissements ne manquent pas !

La curiosité est un trait de caractère généralement valorisé par les équipes de test en tant que soft skill, au même titre que la rigueur et le souci du détail. La curiosité nous pousse à poser les questions qui, à la manière de chancelantes bougies, permettent d’éclairer les recoins les plus obscurs des besoins métiers et des détails de l’implémentation. Pour cette raison, ce levier semble inséparable du métier du test en général.

En plus d’être utile, la curiosité, associée à l’imprévisibilité, est source de motivation et de plaisir de travailler :

  • Nous apprenons avec plaisir les ressorts de métiers liés aux applicatifs que nous avons à tester
  • Nous prenons plaisir à acquérir des connaissances techniques et à étendre notre domaine de compétences
  • Nous nous réjouissons de comprendre les circonstances étonnantes permettant de reproduire un certain bug
  • Nous sommes curieux et enthousiastes de découvrir les fonctionnalités qui vont être demandées par la suite
  • Quand nous travaillons en tant que consultants, nous nous demandons avec excitation de quoi sera faite notre prochaine mission.

Conclusion de la série

Nous espérons que cette série vous aura permis de découvrir ou d’expliciter ce qui vous plaît dans le métier du test. Bien comprendre cela est un premier pas déterminant pour concevoir des mécanismes ludiques qui pousseront encore plus loin tous ces facteurs de motivation. Ce travail d’introspection gagne à être fait en équipe si vous prévoyez de mettre en œuvre une démarche de gamification au sein de votre organisation.

Nous vous souhaitons de bonnes réflexions autour du test, de la motivation et de la gamification ! N’hésitez pas à indiquer en commentaire les découvertes intéressantes que vous aurez pu faire sur le sujet !

Le test, ma team et mes bugs

Au cours de la présente série, nous nous attelons à étudier ce qui motive les individus à exercer le métier du test, en nous servant du framework Octalysis inventé par Yu-Kai Chou, grande référence dans le monde de la gamification.

Le mois dernier, nous évoquions 2 leviers motivationnels à l’œuvre dans le métier du test comme dans tous les autres domaines de la vie : le développement et l’accomplissement d’une part (lever 2), le renforcement de la créativité et le feedback d’autre part (levier 3). Ces deux leviers motivationnels sont tous les deux dits « White hat », car ils mettent la personne dans une position de maîtrise.

Etudions aujourd’hui 2 autre leviers motivationnels, cette fois-ci positionnés pile sur l’axe horizontal de l’Octalysis, c’est-à-dire qu’ils ne sont ni White Hat ni Black Hat par nature : la possession (levier 4) et l’influence sociale (levier 5).

Note préalable : pour bien comprendre cet article, nous vous conseillons de lire d’abord les 3 premiers articles de cette série !

Pour rappel, voici une représentation de l’Octalysis :

Le plaisir de construire un patrimoine

Le 4ème levier de l’Octalysis est celui de la possession. Dans la vie de tous les jours, il recouvre aussi bien la sensation de confort que l’on peut ressentir en contemplant une somme d’argent possédée, que la satisfaction de consulter un album photo et de prendre conscience des jalons de sa propre vie. Ainsi, au sens de Yu-Kai Chou, la possession regroupe à la fois des aspects matériels et des aspects symboliques.

En tant que testeur, que possédons-nous donc ? La question aurait peut-être semblé plus simple si on l’avait posée pour le Product Owner ou pour les développeurs ; pour le premier, un début de réponse est dans son intitulé ; pour les seconds, on aurait tendance à répondre « C’est leur code. »

Toutefois, les testeurs ne sont pas dépourvus de « possessions ».

  • Certains s’enorgueillissent du gros patrimoine de test qu’ils ont construit (avec toutes les dérives que cela peut impliquer)
  • D’autres contemplent avec fierté leur projet d’automatisation des tests
  • Les rapports d’anomalie sont également chéris par leurs rédacteurs, qui n’hésitent pas à les désigner en les appelant « mes bugs »
  • De même que les procédures et les processus de test, auquel on s’attache d’autant plus que nous avons contribué à les établir (une expression d’un biais cognitif que l’on appelle l’effet IKEA)

De manière générale, tous les artefacts que nous produisons sur notre lieu de travail sont susceptibles d’éveiller en nous cette petite flamme de la possession.

Cela peut être très gratifiant… tout comme cela peut nous emprisonner.

Untel automaticien pourrait se sentir enchaîné malgré lui au monstre qu’il a créé, et qu’il doit désormais maintenir péniblement, s’il n’a pas établi de suffisamment bonnes pratiques au moment de l’initialisation de ce projet et qu’il souffre d’une ou plusieurs maladies de l’automatisation des tests.

Un autre exemple : mettons qu’une équipe mette en œuvre un processus de validation, et que celui-ci, au bout de quelques mois, s’avère finalement limité. Il est possible que l’attachement à cette habitude empêche l’équipe de se remettre en question et d’imaginer un autre processus. On peut ainsi supposer que toute résistance au changement prend sa source, au moins en partie, dans ce levier 4.

C’est pour cette raison que la possession est un levier situé pile entre les sphères white hat et black hat ; le sentiment de maîtrise n’est pas toujours là, et s’il est là à un moment donné, rien ne garantit qu’il perdurera.

Le testeur, cet animal sociable

Le 5ème levier de l’Octalysis est celui de l’influence sociale ; il couvre tout le plaisir que l’on peut prendre en interagissant avec d’autres personnes, que ce soit pour sympathiser, pour apprendre d’elles, pour leur enseigner des choses, pour s’entraider… mais aussi pour entrer en compétition avec elles ou les faire enrager de jalousie ! Nous ne sommes jamais totalement dans une position de maîtrise dans ces interactions, c’est pourquoi ce levier se trouve sur l’axe horizontal de l’Octalysis. En effet, l’influence sociale peut aussi être subie, et nous motiver à entreprendre à reculons des actions que nous n’aurions pas envisagées sinon.

Le métier du test est bien souvent caractérisé par de nombreux échanges humains ; ainsi, il est possible que le métier du test soit apprécié au travers de cet aspect. Ce levier peut nous motiver au travers d’interactions libres et harmonieuses :

  • Nous prenons plaisir à aider les acteurs métier à obtenir le produit de leur rêve
  • Nous aimons échanger avec eux pour comprendre leur métier et élargir notre vision du monde
  • Nous apprécions la compagnie des développeurs avec qui nous engageons d’intéressantes conversations sur la concrétisation du produit
  • Nous aimons qu’ils nous apportent de nouvelles connaissances techniques
  • Inversement, nous aimons partager avec eux notre vision de la qualité
  • Nous aimons convaincre les décideurs de l’importance de tel ou tel aspect de la qualité
  • Nous aimons lire les retours d’utilisateurs satisfaits
  • Si nous avons l’occasion d’échanger avec eux de vive voix, nous aimons recueillir leurs idées, qui donnent vie à de nouvelles façons d’appréhender le produit
  • Nous aimons discuter entre pairs, au sein de notre équipe, à l’occasion de conférences ou au sein de groupes de discussion en ligne
  • Et tant d’autres interactions possibles !

A l’inverse, les situations suivantes sont susceptibles de nous « motiver » (du moins, nous pousser à agir) tout en annihilant en nous tout sentiment de contrôle :

  • Nous nous démenons car nous savons que les métiers n’auront aucune tolérance envers le moindre bug qu’ils pourraient découvrir après nous
  • Nous respectons à contrecœur un processus que nous trouvons inefficace car nous craignons froisser les acteurs historiques du projet
  • Nous prenons des précautions démesurées pour communiquer avec des développeurs que nous avons à la fois susceptibles et influents
  • Nous nous dépêchons de réaliser des tâches de support de peur de subir la colère des utilisateurs

On retrouve ainsi la même ambiguïté que dans le levier de possession.

Quelle synergie entre possession et influence sociale ?

Comme nous venons de le voir, les leviers 4 et 5 ont un fort potentiel motivationnel et peuvent induire aussi bien des sentiments positifs que négatifs. En cela, ils sont tout à fait similaires, c’est pour cette raison qu’ils sont tous deux situés sur l’axe médian horizontal.

En revanche, ils s’opposent radicalement d’un autre point de vue. Sur l’Octalysis, les leviers situés à gauche correspondent aux motivations extrinsèques, et ceux à droite aux motivations intrinsèques. Ainsi, le levier de possession suscite l’envie d’agir pour d’obtenir quelque chose à l’issue de cette action, alors que le levier d’influence sociale mobilise une motivation intrinsèque : les relations sociales sont appréciées pour ce qu’elles sont.

Ces deux types de motivation, intrinsèques et extrinsèque, ont des effets différents dans le temps. La motivation extrinsèque peut entraîner des actions rapides (on est tenté immédiatement par un gain et on recherche dans la foulée des moyens de l’acquérir), mais doit rester en proportion raisonnable, sous peine de perdre son efficacité. Par exemple, la valeur perçue d’un badge est susceptible de diminuer si l’on reçoit un badge pour toutes sortes d’actions triviales.

A contrario, la motivation intrinsèque n’est pas susceptible de s’user ou de perdre son sens ; elle correspond à des besoins que nous avons toujours en nous. Elle gagne toutefois à être valorisée et associée à une reconnaissance, qui peut se matérialiser par une possession. Ainsi, il serait tout à fait profitable d’associer les leviers 4 et 5.

Construire ensemble un patrimoine commun, régi par des règles décidées ensemble et soumis à des revues collaboratives régulières, pourrait apporter les avantages aussi bien du levier 4 et du levier 5. On peut retrouver cette philosophie notamment au sein de Promyze, qui tend à gamifier les activités associées à la qualité de code en y ajoutant des aspects sociaux (ateliers craft) et des aspects de possession (construction de référentiels de bonnes pratiques au moyen d’une collecte d’extraits de code de référence).

Dans le prochain article, nous évoquerons les leviers 6 et 7, positionnés tous deux en-dessous de l’axe horizontal. Nous basculerons donc résolument dans le côté Black Hat de la gamification. Préparez-vous !